Les professionnels gay-friendly vous informent

Agressions homophobes : appel au rassemblement

STOPHOMOPHOBIE agressions homophobes Rassemblement contre l’homophobie
sur le parvis de la mairie de Gennevilliers
10 novembre 2018 à 14h

551 cas d’agressions anti-LGBT en île de France, 320 en banlieues

“Je m’appelle Lyes, j’ai 23 ans, je suis gay et j’habite à Gennevilliers (en Hauts-de-Seine). J’ai moi aussi été régulièrement agressé en raison de mon « orientation sexuelle », ma façon de « marcher » ou de « m’habiller ». Ils veulent que je sois « normal ». Je n’ai d’ailleurs plus le droit de passer dans certains endroits car je « dégoûte », je suis un « pédé », une « pédale », « je vais crever du sida, brûler en enfer… »

Pour mon entourage également, et certains de mes proches : « je suis malade, il me faut un imam ». Alors comment ne pas se détester ? Mais lorsqu’on laisse faire, les situations se dégradent et les injures deviennent des coups. On m’a menacé, frappé, je suis tombé dans des guet-apens, j’ai fini par déposer des plaintes. Souvent, on ne les enregistre pas. Les autres ont toutes été classées sans suite.

Double agression. Difficile d’être victime d’homophobie, puis de devoir aussi se justifier, être méprisé, dans un commissariat, par des agents de police qui ironisent sur mon cas ou m’interroge sur ma «responsabilité».

Ce serait « de ma faute ». Et puis, « Vous savez comment ça se passe ici, dans les banlieues ? » C’est ce qu’un
gardien de la paix m’a répondu. Et je ne suis pas le seul dans ce « cas » : Hakim, Elena, Alex, Arnaud, Guillaume… La liste s’allonge tous les jours.

Alors pour pouvoir « vivre heureux, il faudrait se cacher » ? Je ne cherche pas à vivre heureux, mais à pouvoir
vivre tout court. Nos banlieues ne sont pas des placards !

Voilà pourquoi j’ai pensé nécessaire de lancer une campagne de sensibilisation et mettre en place des permanences associatives, à Gennevilliers, ma ville, pour commencer, une « première ».

Je vous invite en outre à nous rejoindre, ce 10 novembre 2018, sur le parvis de la mairie (au 177 avenue Gabriel-Péri 92230) de 14 à 18h, pour manifester, tracter, réagir, lutter contre la haine et inciter nos politiques à s’investir pour un véritable plan national de lutte contre l’homophobie !

www.stophomophobie.org

Ligne d’écoute : 07 71 80 08 71

 

 

Répondez à notre enquête en ligne sur

l’homophobie en France

 

 

 

Commentaires